Caroline Gagné et Patrice Coulombe

Ligne de flottaison
Installation visuelle et sonore du 24 mai au 3 juin 2007
Vernissage le 23 mai à 19 h
+
Soirée rencontre à 20 h avec le duo Caroline Gagné et Patrice Coulombe


L’installation intitulée Ligne de flottaison est le fruit d’une collaboration entre Caroline Gagné et Patrice Coulombe, artistes qui partagent une sensibilité commune pour l’espace et qui exploitent respectivement les territoires adjacents de l’image et du son. L’image définit, dans cette installation, les contours d’objets en suspension dont seulement la partie émergente se trouve révélée. Le son occupe l’espace où l’image, disparaissant sous la ligne de flottaison, s’abolit au profit d’une temporalité propre au son. Les artistes proposent ainsi l’expérience d’une double présence dans l’espace et celle d’une médiation entre la représentation d’une ligne de flottaison et une autre ligne, celle de la temporalité.

Cette présentation s’inscrit dans le prolongement du projet Méandres, élaboré par la commissaire invitée Nicole Gingras. Rappelons que le duo Patrice Coulombe et Caroline Gagné, ainsi que Josée Dubeau (Gatineau) et Vida Simon (Montréal), ont bénéficié d’un soutien à la production pour réaliser leurs projets respectifs. Les oeuvres de Josée Dubeau et de Vida Simon feront également l’objet d’une présentation publique au cours de l’automne 2007.

Au Studio de DAÏMÕN, 80, rue Hanson, Gatineau. Ouvert du mardi au dimanche de 12 h à 17 h.
La rencontre aura lieu dans la salle 2 de la galerie AXENÉO7 avec l’aimable collaboration d’AXENÉO7.

Caroline Gagné pratique l’installation et les nouveaux médias. Dans ses oeuvres, elle s’intéresse aux marques laissées dans les espaces environnants et habituels par des mouvements répétés et apparemment anonymes. Elle se penche sur ces phénomènes d’usure et d’entropie ainsi que sur les formes imprévisibles qui en résultent et qu’elle définit comme des microphénomènes témoignant d’une perte de contrôle observée dans les systèmes pourtant organisés et balisés de notre existence sociale. Depuis 2001, Caroline Gagné a présenté son travail dans plusieurs expositions collectives et individuelles au Québec et à l’étranger. Elle a participé aux événements Tissus urbains (Montréal, 2001), Périphéries: Québec, Zagreb, Sarajevo (Zagreb, 2002), Trafic (Rouyn-Noranda, 2005), la Manifestation internationale d’art de Québec (Québec, 2005) et Cités invisibles (Montréal, 2006). Elle a également effectué plusieurs résidences de production et de diffusion, notamment à CYPRES (Marseille, 2003) et au 3e impérial (Granby, 2003). Caroline Gagné vit à Québec.

D’abord compositeur, Patrice Coulombe se consacre à la performance, à l’art audio et à l’installation médiatique. Depuis 2003, il réalise, en solo ou en duo, des performances et des improvisations sonores liant les sons d’instruments traditionnels à ceux de composantes électroniques et intégrant parfois la voix. Il effectue également des interventions en utilisant divers procédés — dysfonctions électroniques, dégradation de bande magnétique, interruptions — sur des textes et monologues préenregistrés. De plus, Patrice Coulombe travaille régulièrement à la conception d’environnements sonores et informatiques pour d’autres artistes dont Valérie Lamontagne pour l’oeuvre Peau d’âne et Caroline Gagné pour … les sentiers battus. Il a également collaboré à la composition sonore et à la conception informatique de Strat d’Alain Pelletier en résidence à DAÏMÕN en 2004, et, en collaboration avec Netochka Nezvanova, il a réalisé la composition sonore de World Trade Opera d’Alain Pelletier également. Patrice Coulombe est également instructeur en arts technologiques au Studio XX. Il vit à Montréal.

 


Caroline Gagné et Patrice Coulombe, 2007