EMMANUELLE GIBELLO

Artiste en résidence
Du 30 août au 4 octobre

DAÏMON souhaite la bienvenue à Emmanuelle Gibello. Durant sa résidence, Emmanuelle poursuivra l’écriture de « Je t’accompagne », un projet transmédia alliant écriture, documentaire et création sonore.

« Je t’accompagne », l’histoire d’amour d’Adrède et Souleymane.
13 novembre 2015, Paris est touché en plein cœur, les réseaux sociaux s’activent, des témoignages inoubliables et des messages de paix emplissent la toile. Emmanuelle, commence une correspondance poignante avec Adrède, une jeune femme kabyle musulmane vivant en Algérie, dont le message de soutien l’a touchée. Peu à peu, Adrède se livre, racontant son histoire et son amour impossible avec un jeune homme athée, Souleymane, journaliste vivant en Syrie. Pour elle, il va tenter de rallier l’Algérie pour l’épouser. Plus Adrède écrit, plus Emmanuelle se rend compte combien la liberté est précieuse. Cette histoire évoque à la fois l’amour impossible de Roméo et Juliette, mais aussi l’amour tant espéré et chaotique de Ulysse et Penelope. Portée par une, puis plusieurs histoires vraies, c’est la première fois qu’Emmanuelle Gibello se lance dans l’écriture d’une fiction.

La création sonore du deuxième volet de « Je t’accompagne » est constituée des voix de nombreux réfugiés syriens que l’artiste rencontre en France et au Canada, ainsi que des sons qui constituent leurs Moi-Peau sonore (cf Didier Anzieu : « Le Moi-Peau »). Ces sons seront composés puis joués sur les instruments qu’elle développe : le Molf et le FONOF.

Nous vous invitons à rencontrer Emmanuelle Gibello lors de 2 événements à La Filature :

Mercredi 20 septembre à partir de 18h30, discussion avec l’artiste.
Lecture et performance sonore autour de l’acte 1 de « Je t’accompagne ».

Mercredi 4 octobre, à partir de 19h: PERF
Dans le cadre du mois de la performance PERF à AXENÉO7, du 4 au 29 octobre, Emmanuelle Gibello présentera l’acte 2 de « Je t’accompagne ».

Emmanuelle Gibello vit et travaille à Paris.

Elle débute ses études à l’école préparatoire l’Atelier de Sèvres, puis elle intègre la section Arts plastiques de la Sorbonne à Paris, où elle obtient un master en 1999. En 2003, après deux années de pratique de la performance sonore en France et à l’international, elle s’inscrit au Conservatoire de musique du 20e arrondissement, dans la classe d’électroacoustique de Gino Favotti ainsi que dans la classe de Synthèse et Composition assistée par ordinateur d’Octavio Lopez.

Les créations d’Emmanuelle Gibello sont à la fois des projections de son inconscient, mais aussi un miroir, qui s’adresse directement au regardeur, à l’écouteur. Elle développe une pratique qui emprunte à la fois aux arts visuels et à la musique électronique. Son travail est également nourri de matières littéraires (Didier Anzieu, Samuel Beckett, Philippe K. Dick, Haruki Murakami, etc.). Elle interroge les rapports entre sons, images, paysages sonores et souvenirs.

Emmanuelle imagine également de nouveaux instruments dans la mouvance du DIY tels que le FONOF dont on joue avec des aimants et le Molf, un nouvel instrument de musique, inspirés de la théorie du chaos de James Gleick, qui se joue à l’aide de toupies.

Depuis 2014 ces créations sonores se tournent vers un genre mixte, entre le documentaire expérimental et la création sonore. En 2016 elle obtient le prix projet fiction de la SACD aux Phonurgia Nova Awards pour « Je t’accompagne », récit entre docu-fiction contemporain et conte initiatique, qui raconte l’histoire vraie d’Adrède et Souleymane.

On a pu entendre son travail au Japon, en Corée, aux Philippines, en Europe, en Amérique du Nord, mais aussi sur l’internet, où elle est active depuis 1999, dans plusieurs projets solos ou collaboratifs tels que : nocinema.org, myownspace.fr, sobralasolas.org, Le GIASO…