Geneviève Le Guerrier-Aubry

Soutien aux premières œuvres          

Tactiligne 3D

en résidence de production du 10 au 17 septembre 2011


Dans la performance Tactiligne 3D, l’interactivité prend la forme d’un dessin virtuel 3D et d’une expérience de la représentation du déplacement du corps. La relation entre l’être humain et la machine crée des images virtuelles qui ne se relèvent que dans le parcours interactif. La compréhension de la représentation graphique comme appréciation esthétique relève d’une jouabilité[1]. Les mouvements créent une chaîne de moments marqués dans l’espace réel. Les actions sont détectées par des caméras infrarouges et laissent des traces grâce à des codes de programmation qui relient le geste au dessin.

________________

[1] « Agrément que procure l’utilisation (d’un jeu, notamment un jeu vidéo). » ROBERT, Paul, Le Petit Robert, Nouvelle édition millésime, Paris, 2011, p. 1394

Geneviève Le Guerrier-Aubry vit à Gatineau. D’abord formée en arts plastiques au cégep de l’Outaouais, elle poursuit ses études en arts visuels et en design graphique à l’Université du Québec en Outaouais. Attirée par l’informatique, elle plonge dans un monde interactif et virtuel. Avec la programmation informatique comme médium, elle traite différents sujets tels que l’être humain, la machine, le virtuel et la trace. L’esthétique de son travail se trouve dans la programmation informatique, dans la performance et dans les dessins.

 Geneviève Le Guerrier-Aubry, tactiligne