Valérian Mazataud

En résidence du 23 octobre au 19 novembre


Le corpus photographique La fin de la terre explore les enjeux de l’immigration à travers des images de cérémonies de citoyenneté canadienne.

Le titre du projet est inspiré du passage biblique à l’origine de la devise du Canada : « Et il régnera depuis une mer jusqu’à l’autre, et depuis un fleuve jusqu’aux limites de la terre ». Avec 21 % de sa population née à l’étranger, le Canada est, après l’Arabie saoudite (28 %), le pays qui accueille proportionnellement le plus d’immigrants. En 2014, 235 000 résidents permanents ont prêté le serment de citoyenneté (près de 650 par jour).

« Muni d’une caméra vidéo analogique vieille d’une dizaine d’années, j’assiste à des cérémonies à travers le pays. Avec cette caméra “familiale”, je cherche à capturer ce moment qui m’évoque les importantes étapes rituelles de notre vie (baptême, mariage…). Par la suite, c’est avec un appareil photo numérique que je réalise des images de vidéos diffusées sur un écran de télévision. De ce processus émergent des images plutôt froides, distantes et intrigantes, évoquant davantage une secte qu’un événement familial.

« Le contraste entre mon expérience personnelle et le résultat de cette expérimentation constitue la base de ma démarche. »

 vm_daimon-1 vm_daimon-2 vm_daimon-3

Valérian Mazataud est un photographe documentaire indépendant basé à Montréal, Canada. Il s’intéresse particulièrement aux thèmes de l’immigration et des ressources naturelles.

Ses projets photographiques l’ont amené à travailler au Moyen-Orient, en Afrique ou en Amérique Latine.

Il est représenté en France par le studio Hans Lucas. Ses images ont été publiées dans le Monde, der Spiegel, le Point, Télérama, Libération, Le Devoir, The Walrus ou Nouveau Projet.

Il est récipiendaire de plusieurs prix et bourses en photographie et en journalisme au Canada et à l’étranger. Ses photographies ont été exposées lors des festivals Voies-Off à Arles, Contact à Toronto, Art Souterrain à Montréal, et durant les Rencontres Internationales de la Photographie en Gaspésie.

Il a travaillé en tant que biologiste marin, moniteur de plongée, éducateur scientifique et clown. Il a également effectué un tour du monde à vélo de plus de 21000 km à travers les cinq continents entre 2002 et 2004.