Victoria Stanton

Performance of Roadside Attractions, Hull


La première moitié de ma résidence a consisté à déambuler et à dresser une carte des divers chemins menant à ou partant de l’endroit où je vivais pendant mon séjour à Hull. Après avoir documenté plusieurs « micro-interventions » réalisées au cours de ces excursions, je procèderai durant la seconde moitié au montage de ces performances discrètes mais toujours publiques pour en faire la toile de fond d’une performance de trente minutes : une vidéo projetée sur trois écrans accompagnant des actions répétitives  (par exemple, sautiller, faire de l’équilibre et du vélo stationnaire) ponctuées de narrations intertextuelles, de réflexions associées au fait d’être en transit et en transition.

La négociation avec un nouveau territoire formant la prémisse de base de ce travail, je continue à m’intéresser sur les parallèles entre la performance et le voyage et à examiner des états étendus de « conscience performative » à l’intérieur d’espaces-temps multiples.

Cette démarche revêt aussi une dimension complexe en ce sens qu’elle a le pouvoir de ranimer le paysage aux yeux de ceux qui l’habitent ; les sculptures publiques, la signalisation locale et même les commerces indigènes deviennent sujets à (et objets de) reconsidération une fois qu’ils ont été intégrés (et distillés) dans un épisode performatif. Présentées de façon séquentielle et en contrepoint l’une par rapport à l’autre, les images et les actions (sur et en dehors de l’écran) finissent par incarner une façon embrouillée d’ « arriver » tout en proposant également une stratégie de l’ « être ». Ici. Maintenant.


Victoria Stanton, Roadside, 2008