EXPLORATION ET CRÉATION EN ART SONORE

DÉTONATIONS

ÉTÉ-AUTOMNE 2021

L’équipe du Centre de production DAÏMÔN est fière d’inaugurer officiellement son studio ambisonique en présentant DÉTONATIONS ; un projet d’exploration et création en art sonore.

Sept artistes et collectifs multidisciplinaires sont conviés à investir notre nouveau studio pour développer des œuvres ainsi que partager leur approche de la spatialisation sonore sous le thème DÉTONATIONS.

DÉTONATIONS est une conception de DAÏMÔN, réalisée dans le cadre du Programme de partenariat territorial de l’Outaouais 2019-2020, et bénéficie de l’appui financier du Conseil des arts et lettres du Québec, du Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et de la Ville de Gatineau.

Autres artistes participant à DÉTONATIONS
MARC-ALEXANDRE REINHARDTSONIA PAÇO-ROCCHIAFET.NATYOLANDE LAROCHE - Mal/aiméNICOLAS BERNIERSEIIIZI

Katherine Melançon

L’installation Daucus Carota consiste en quatre collages de négatifs numériques en façade et un grand collage à l’arrière du bâtiment. Les collages sont constitués de négatifs et «positifs» numériques superposés pour créer des images faisant référence aux procédés photographiques traditionnels en chambre noire (photogrammes, effets de solarisation, cyanotypes).
Les œuvres en façade sont d’ailleurs placées tout près de la chambre noire traditionnelle du Centre de production DAÏMÔN, une des dernières dans un centre d’artistes au Canada. Le grand collage, quant à lui, est placé à l’arrière du bâtiment La Filature, agissant comme table lumineuse pour scruter des négatifs géants. 
Les images de ces collages sont créées par la numérisation performative (scanographie) de végétaux entourant La Filature, et plus précisément le spécimen Daucus Carota (carotte sauvage ou Queen Anne’s Lace).
La carotte sauvage est l’un des spécimens naturels les plus répandus dans le monde.  Elle est très présente autour du bâtiment, tout spécialement dans le stationnement en face, où elle se tient fièrement, dominant le champ tant l’hiver que l’été. On en retient des
images mémorables qui soulèvent la question de la tonte excessive des parterres en
ville. 
L’installation se veut une invitation à la nature à envahir l’espace occupé par l’humain, tel que lui-même le fait constamment, partout où il passe. Cette idée est plus explicite dans le grand collage, proposant des images plus proches de l’abstraction, tentant de suggérer une certaine urgence à repenser notre relation à la nature, mais aussi dans la perspective d’accompagner de façon plus suggestive les performances qui auront lieu dans l’espace vert.
Pour suivre le travail de Katherine Melançon, veuillez consulter son site web:

https://katherinemelancon.com